L’ÉCOLE PRIVÉE, UN DÉBAT SUR NOS VALEURS

Il  y a deux ou trois semaines, la ministre de l’Éducation, Mme Marie Malavoy créait un émoi certain en déclarant au Devoir que dorénavant seuls les établissements privés qui accueilleraient des élèves handicapés ou en difficulté d’apprentissage seraient subventionnés.

Je me suis moi-même déjà prononcé sur la nécessaire démocratisation de l’école privée, i.e. sur son obligation morale d’accueillir tous les élèves indépendamment de leurs talents et de la fortune de leurs parents. Si en effet, comme le proclament nos chartes, l’accès à l’école privée est un droit, il doit pouvoir s’exercer en plein égalité. Mais je n’ai pas fait consensus, tant s’en faut!

Ce n’est pas surprenant, car sous-jacentes au débat sur l’école privée, logent ultimement les valeurs auxquelles chaque parent, chaque éducateur, chaque citoyen, chaque politicien adhèrent. Rien n’illustre autant cela que cette déclaration du pape Jean-Paul II faite devant des éducateurs catholiques lors de son voyage au Canada, en 1984 que je cite pour mémoire:

« En même temps que les écoles catholiques sont toujours vouées au développement intellectuel, nous leur rappelons aussi l’impératif évangélique d’être au service de tous les élèves, et non seulement de ceux qui sont les plus brillants et les plus prometteurs. Ainsi, en accord avec l’esprit de l’Évangile et son option pour les pauvres, elles porteront leur attention particulièrement sur ceux qui en ont le plus besoin ».

Bon nombre de nos établissements privés se réclament encore de la tradition chrétienne, ayant été fondés par des institutions religieuses (v.g. : le collège Brébeuf fondé par les jésuites), ou leur appartenant encore (v.g. : Régina Assumpta,  propriété de la Congrégation Notre-Dame). Le président actuel de la Fédération des établissements privés du Québec, M. Jean-Marc St-Jacques, du collège Bourget, est pour sa part toujours membre de la Congrégation des Clercs de Saint-Viateur.

Pour ces institutions, mais aussi pour tous ceux qui se réclament de la tradition chrétienne, et pourquoi pas, pour tous ceux qui s’intéressent à l’éducation, la déclaration du Jean-Paul II m’apparaît, dans le contexte de l’actuel débat, un excellent sujet de réflexion.

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s