L’ARCHEVÊQUE DE MONTRÉAL A UN ÉTONNANT PROJET : CRÉER UN (AUTRE?) RÉSEAU D’ÉCOLES CATHOLIQUES

La Presse du 24 décembre nous annonçait une nouvelle étonnante. L’archevêque de Montréal, M. Christian Lépine, estime « qu’il faut qu’il y a des écoles privées confessionnelles pour aller au bout de la foi et de son impact pédagogique ». Il annonce même qu’il y a à cet égard « un chantier en cours ». Après tout, argumente l’archevêque, il existe bien des écoles juives et musulmanes.

Ce qui étonne surtout c’est que ce réseau d’écoles privées catholiques existe déjà et depuis longtemps. J’en énumère quelques-unes de mémoire,  à Montréal seulement

Le collège Notre-Dame (frères de Ste-Croix), Régina Assumpta, (congrégation Notre-Dame), la villa Ste-Marcelline et le Collèges Ste-Marceline ( les Marcellines), Collèges St-Jean-Eudes (les Eudistes), collège de Montréal (les Sulpiciens), le Mont-St-Louis (frères des Écoles chrétiennes), le Collège Jean-de-Brébeuf (d’inspiration jésuite), le Mont-Jésus-Marie (soeurs Jésus-Marie), Villa-Maria (Congrégation Notre-Dame), etc.

Alors de quoi veut parler l’archevêque? De nouvelles écoles privées créées de toutes pièces auxquels il aurait formellement reconnu un statut catholique selon les règles prescrites par l’article 803 du code de droit canonique?

    § 1. On entend par école catholique celle que dirige l’autorité ecclésiastique compétente ou une personne juridique ecclésiastique publique, ou que l’autorité ecclésiastique reconnaît comme telle par un document écrit.

    § 2. L’enseignement et l’éducation dans une école catholique doivent être fondés sur les principes de la doctrine catholique; les maîtres se distingueront par la rectitude de la doctrine et la probité de leur vie.

    § 3. Aucune école, même si elle est réellement catholique, ne portera le nom d’école catholique si ce n’est du consentement de l’autorité ecclésiastique compétente.

On sait par ailleurs depuis longtemps que les parents ne  choisissent pas les écoles précitées pour que, selon la formule de l’archevêque, leurs enfants aillent « au bout de leur foi ». En matière de foi, ils sont représentatifs des catholiques québécois en général, c.-à-d. largement sécularisés. Ils choisissent ces écoles parce qu’ils estiment que leurs enfants seront mieux encadrés et que leurs chances de réussite sont meilleures.

Le nouvel archevêque de Montréal rêve peut-être de créer de nouvelles écoles privées qu’il contrôlerait bien et où seraient regroupées les enfants de parents « réellement catholiques ». Peut-être pense-t-il à une institution comme le Petit séminaire diocésain de Québec fondé en 2008 par le cardinal Ouellet.

Un des prédécesseurs de monsieur l’archevêque Lépine, le cardinal Paul Grégoire, avait pour sa part rêvé de former des maîtres « réellement catholiques » et il fonda à cette fin l’Institut catholique de Montréal. Ce fut un « flop » retentissant. Et des communautés religieuses y investirent une partie de leurs économies en pure perte.

Peut-être l’archevêque de Montréal doute-t-il que les écoles privées catholiques soient « réellement catholiques ». C’est effectivement à voir. Mais si elles ne le sont pas ou ne le sont plus, il faudrait avant tout se demander pourquoi. La réponse ne devrait pas être bien difficile à trouver.

Demain: l’art et l’éthique

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s