ANGLAIS INTENSIF: UNE DÉCISION RAISONNABLE ET PERTINENTE

Ainsi, la ministre de l’Éducation, Mme Malavoy, entend confier au conseil de chaque établissement de chaque école la décision d’implanter ou non un programme d’anglais intensif en 6e année du primaire. Cette décision apparaît raisonnable et pertinente.

Pour lire la suite, cliquer ici!

Advertisements

3 réflexions au sujet de « ANGLAIS INTENSIF: UNE DÉCISION RAISONNABLE ET PERTINENTE »

  1. Luc Papineau

    J’ai beaucoup de difficulté à vous voir agiter ainsi l’épouvantail syndical du boycott des CE. Une question: si les enseignants siégeant sur les CE boycottaient l’instauration de l’anglais intensif au primaire, que se passerait-il?

    À ce que je sache, la LIP prévoit à l’article 61 que « le quorum aux séances du conseil d’établissement est de la majorité de ses membres en poste, dont la moitié des représentants des parents. » Un boycott des profs n’empêcherait donc pas les CE de fonctionner.

    À qui revient les pouvoir quand un CE ne siège pas? Les articles 62 et 108 précisent qu’«après trois convocations consécutives à intervalles d’au moins sept jours où une séance du conseil d’établissement ne peut être tenue faute de quorum, la commission scolaire peut ordonner que les fonctions et pouvoirs du conseil d’établissement soient suspendus pour la période qu’elle détermine et qu’ils soient exercés par le directeur ou la directrice du centre.» Donc, un éventuel boycott des enseignants pourrait même s’avérer contreproductif par rapport à certains de leurs objectifs, si tant ils en aient en ce qui a trait à l’enseignement intensif de l’anglais au primaire.

    Par ailleurs, pouvez-vous démonter, exemple à l’appui, que les CE ont déjà fait l’objet d’un boycottage systématique de la part des enseignants?

  2. proulxj Auteur de l’article

    Je vous remercie pour ce commentaire.

    Les articles de la loi de l’Instruction publique que vous citez constituent bien entendu un moyen de permettre que les fonctions dévolues au conseil d’établissement puissent être remplies malgré un éventuel boycott des enseignants ou en l’absence de quorum provoquée même par les parents. Ces dispositions démontrent par ailleurs que le législateur a consciemment envisagé que l’on puisse recourir au boycott. Il avait sûrement en tête du reste l’échec des précédents conseils d’orientation des années 90, boycottés avec succès sur les mots d’ordre de la CSQ au temps où des enseignants ne devaient parler aux autres que pour négocier! Cela dit, compte tenu du principe de partenariat entre les bénéficiaires et les prestataires des services éducatifs au fondement des conseils d’établissement, la situation exceptionnelle que veulent prévenir les dispositions précitées est manifestement un pis-aller.

    Vous me demandez par ailleurs de vous citer des exemples de boycott. Voici:

    Le Soleil, du 13 juin 1998 nous apprend que la présidente de la CSQ, Mme Pagé, au cours du débat législatif sur la création des conseils d’établissement, évoque déjà la possibilité d’un boycott, sans toutefois dire qu’on y aura recours.

    Le 7 mai 1999, La Presse nous apprend que,dans le cadre des négociations et sur le mot d’ordre de l’Alliance, « Les enseignants de 132 écoles montréalaises boycottent les centres d’établissement ».

    Le Quotidien du 17 juin 1999 annonce que les syndicats du Saguenay se réservent le droit de boycotter les conseils comme moyen de pression.

    La Presse du 29 juin 1999 annonce que la CSDM a dû suspendre les pouvoirs du conseil d’établissement de 13 écoles en raison du boycott des enseignants.

    Le Devoir du 22 novembre 2001 annonce que la FSE a inscrit le boycott des conseils d’établissement dans sa stratégie pour faire bouger le gouvernement dans la négociation sur l’équité salariale.

    Les journaux de l’époque nous apprennent que d’autres syndicats en région ont eu recours au même moyen de pression.

    Espérant avoir répondu à vos légitimes interrogations.

  3. Luc Papineau

    13 CE aux pouvoirs suspendus en 14 ans… et comme je l’ai écrit, un CE peut fonctionner sans enseignants. Honnêtement, j’ai connu pire, vos savez. Vous trouvez que c’est une grosse menace?

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s