SI DIEU EXISTE, OÙ ÉTAIT-IL QUAND A SURGI LE DRAME DE MÉGANTIC?

Joseph Facal se demandait jeudi « Où était Dieu?« , à propos de la tragédie de Lac-Mégantic, tout en se disant lui-même incroyant. Ses propos m’ont suggéré le commentaire suivant:

Joseph Facal écrit: « Il n’y a pas plus de moyen de ‘’prouver ‘’ son inexistence [Dieu] que son existence. Je dis que les probabilités de son inexistence sont plus élevées que celles de son existence ». Vous avez tout à fait raison. Il faut lire là-dessus l’excellent bouquin d’André Conte-Sponville. L’Esprit de l’athéisme, introduction à une spiritualité sans Dieu, (Albin Michel).

En fait, l’existence de Dieu relève de la foi. On croit en Dieu (ou pas). On ne prouve pas ni ne pouvons prouver son existence. La vraie question est de savoir si cette foi est  raisonnable ou non. Pour ma part, en tant que chrétien, mon seul motif raisonnable de croire en Dieu tient au fait que parmi ceux et celles qui ont connu Jésus, il s’en est trouvé qui l’on revu vivant après sa crucifixion sur une croix. Et ce témoignage a été porté en suite par 60 générations de chrétiens. Mais cela n’emporte pas pour autant l’adhésion de tous. Paul qui a tenté de raconter cela aux Corinthiens n’était pas dupe : « Scandale pour les Juifs, folie pour les Païens », a-t-il admis. Et ce témoignage n’est pas plus une preuve de l’existence d’un Dieu vivant en Jésus. D’ailleurs, Jésus lui-même a dit aux apôtres après que Thomas eut exigé pour croire, de mettre les mains dans ses plaies et dans son côté : « Heureux ceux qui CROIENT sans avoir vu ». Il n’a pas dit : « Heureux ceux qui savent parce qu’ils ont vu ». Bref, je me répète : l’existence de Dieu nous est connue par Jésus et cela demeure une question de foi, raisonnable quant à moi, à cause du témoignage des apôtres et de ceux et celles qui les ont suivis depuis. C’est mon cas.

Cela dit, « si Dieu existe et qu’il est infiniment bon, pourquoi laisse-t-il des innocents périr de façon aussi absurde » [qu`à Mégantic ou ailleurs ?]. La réponse est toute simple : Dieu n’intervient pas dans l’histoire. Ce n’est pas son truc. C’est notre truc, à nous les hommes (et  à la nature). On m’objectera : « Oui, mais le pape attend un miracle, avant de canoniser quelqu’un »! Je réponds : « Hélas ». S’en remettre aux miracles lorsqu’on ne peut expliquer un phénomène, c’est trop facile. Il y a un nombre très grand de guérisons que la médecine ne peut expliquer, mais on ne prétend pas qu’il s’agit de miracles. Cela dit, je suis certain qu’un jour on canonisera des saints, tout simplement parce qu’on aura constaté sérieusement qu’ils ont été exceptionnellement bons. Cela dit, le goût du merveilleux est une donnée anthropologique vieille comme le monde et il ne disparaîtra jamais malgré l’esprit scientifique de notre temps. Mais ce goût a déjà été pas mal plus prononcé dans l’histoire de l’Église et des religions en général. On a fait du progrès! N’empêche, on marche  encore très nombreux vers St-Jaques de Compostelle, et il n’y a pas que des croyants parmi eux.

J’ai dit que Dieu n’intervient pas dans l’histoire. Je me reprends. Mais avec une réponse de chrétien! Dieu agit par son Esprit qui, précisément, nous inspire (c’est la racine) à faire le bien, surtout quand il s’agit de pardonner les offenses, de donner à ceux qui n’ont rien et de combattre l’injustice.

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s