Archives pour la catégorie droits de scolarité

LE SOMMET DES HORS-D’OEUVRE

Plus on approche du Sommet sur les universités, plus ma conviction s’accroît que cet exercice s’en va nulle part. Le principal, sinon l’unique enjeu, de ce sommet est de nature économique : il porte sur les droits de scolarité et le financement des universités. Tous les discours et les débats autour de la qualité de l’enseignement, de  la gouverne universitaire, etc. sont des sujets intéressants en soi, mais sont des hors-d’oeuvre et des distractions par rapport au fond du débat. Ce sont les étudiants eux-mêmes qui lui ont fait emprunter ces sentiers. Ils  espéraient trouver là des arguments pour financer leurs revendications touchant la gratuité ou le gel des droits. Mais on s’est perdu dans le bois. Ce matin, ce sont les cégeps qui nous parle de leur contribution au développement du Québec.

Les étudiants qui se sont fait imposer par les libéraux une hausse des droits de scolarité au printemps dernier, ont fait la grève pour qu’on abolisse les droits de scolarité, au mieux qu’on les gèle. Le PQ les a gelés pour l’année en cours, mais il a fait son lit depuis en faveur de leur indexation. Croire que l’on aboutira à un consensus sur cette question lors du Sommet est une autre illusion.

Je reconnais au gouvernement la légitimité pour trancher. Il est l’ultime responsable du bien commun. Mais en même temps, j’attends de lui que ses justifications ne soient pas que de nature économique. La gratuité scolaire ou l’imposition de droits de scolarité doit être soutenue et justifiée à partir de valeurs nommées, de principes sociaux et éducatifs explicites. C’est cela que les Québécois espèrent avant tout entendre du décideur.

Bref, M. Deschêne, quelle que soit la décision qu’il prendra, devra dire autre chose que le gouvernement n’a pas d’argent et que les étudiants doivent faire leur part. Cela les libéraux l’ont déjà dit.

Publicités