Archives pour la catégorie éducation économique

L’ÉDUCATION ÉCONOMIQUE : LE QUÉBEC A RÉGRESSÉ

Un communiqué de la Banque de Montréal attire aujourd’hui l’attention sur l’éducation économique, ou, plus joliment dit, sur la « littéracie financière »! Certes, la BMO groupe financier a quelque intérêt à long terme à ce que les enfants développement des compétences de base en économie et en finance. Du reste, le sondage qu’il vient de rendre public vient en appui de ces intérêts.

Néanmoins, l’intervention de la BMO a son mérite propre. De fait, l’éducation économique des jeunes, après avoir fait partie, dans les années 80 du curriculum du secondaire, est disparue des disciplines obligatoires avec la réforme de 1998.

L’économie est pourtant une dimension essentielle de la vie des personnes et  de la société, comme les langues,  la culture, les arts, les sciences. À cet égard, l’école a régressé.

Pourtant ce n’est pas d’hier que le Québec se préoccupe de cette dimension. En 1965, j’ai  assisté avec mon père, au Reine-Élisabeth, au congrès annuel de l’Association canadienne des éducateurs de la langue française. Elle en avait fait le thème de ses assises. Et l’on en retrouve les actes dans le catalogue de la Bibliothèque nationale du Québec.

L’école a même régressé dans les pratiques de l’éducation économique. On trouvait, dans l’école de mon enfance, comme dans celle de mon épouse, un comptoir « délocalisé » de la Caisse populaire Desjardins de ma paroisse.  J’y déposais régulièrement mes dix cents en vue de l’achat d’une bicyclette. Mon père à qui j’avais exprimé mon désir d’en avoir une (j’avais huit ans), m’avait répondu : « Très bien! Quand tu auras les sous qu’il faut, tu pourras te l’acheter » ! Je l’ai acheté à 12 ans au coût de 54$: une belle CCM rouge, à trois vitesses, achetés chez Gingras, dans le quartier est de Sherbrooke!