Archives pour la catégorie Fédération des commissions scolaires du Québec

RÉACTION À LABEAUME ET CODERRE : LA FCSQ S’EST TIRÉE DANS LE PIED

Les maires Coderre et Labeaume ont créé une surprise en déclarant mercredi que Montréal et Québec devraient s’occuper d’éducation, en particulier en matière de décrochage et de gestion des immeubles.

On peut lire dans leur document de réflexion : « Un débat existe sur le rôle des commissions scolaires, que certains voudraient voir éliminées. […] La toile de fond de ce débat est l’échec de la démocratie scolaire, qui fait que les dirigeants de la plupart des commissions scolaires ont une légitimité fragile. Assez pour croire que les élus municipaux, qui incarnent la seule démocratie locale fonctionnelle, pourraient prendre le relais. »

L’attaque était frontale et a fait mal.  La Fédération des commissions scolaires (FCSQ) a exprimé son vif étonnement et répliqué vendredi matin par un communiqué protestant de sa compétence en ces matières. Je ne peux que leur donner raison. Labeaume et Coderre sont des prétentieux : les élus municipaux « incarnent la seule démocratie locale ». Entendez-vous cela!

Néanmoins, le communiqué de la FCSQ comporte un paragraphe tout aussi étonnant et malheureux. Protestant de ce que « la démocratie scolaire est bien vivante », la Fédération ajoute : « Il faut cesser de mesurer la vitalité de la démocratie scolaire par le taux de participation aux élections scolaires ».

Je regrette. Dans toute vraie démocratie, quel que soit l’ordre de gouvernement concerné, la participation électorale est un indice universel de la vitalité de cette démocratie. Ce n’est pas le seul, mais il est incontournable.

Comme pour se dédouaner, la FCSQ ajoute « À ce titre d’ailleurs, environ la moitié des maires au Québec sont élus par acclamation, ce qui n’en fait pas des élus moins légitimes ». Cet argument revient comme une ritournelle. Personne n’a jamais contesté la légitimité des élus scolaires et municipaux au plan juridique. C’est la légitimité politique qui est ici en cause.

Depuis plus d’un an, la FCSQ s’est donné un excellent plan d’action en vue des élections scolaires du 2 novembre prochain. Son slogan est « Votez pour l’avenir ». En niant ou en minimisant la portée de la participation électorale, comme elle vient de le faire, elle se contredit et se tire dans le pied. Dommage.

Par ailleurs, la FCSQ est d’avis que la tenue d’élections scolaires et municipales simultanées favoriserait le taux de participation aux deux paliers de gouvernement ». C’est aussi mon avis et depuis longtemps. À cet égard, elle se bute à l’opposition des municipalités. Il serait grand temps que ces deux mondes s’entendent et, à défaut, que le gouvernement du Québec et sa ou son futur ministre de l’Éducation fasse ses devoirs.

Pour lire le reportage du Devoir :  Montréal et Québec visent des pouvoirs en éducation

Publicités