Archives du mot-clé école communautaire

L’INDIVIDUALISME PARENTAL EST-IL INSTALLÉ À DEMEURE?

Le Devoir de samedi nous a gâtés en matière d’information sur l’éducation. D’abord trois reportages particulièrement intéressants sur la relation des parents à l’école :

•    de Marie-Andrée Chouinard : Les parents face à l’école – Des clients ou des citoyens?
•    de Lisa-Marie-Gervais : «Le monarque, c’est moi»
•    de Stéphane Baillargeon : Les parents-rois et l’éducation – À quel type de famille appartenez-vous?

En plus, un article très controversé de Vincent Geloso, économiste à l’Institut économique de Montréal : Le Devoir d’histoire – L’État a-t-il vraiment fait progresser l’éducation au Québec?

Enfin, tout un supplément sur le Sommet sur les universités.

Ce sont toutefois les trois premiers papiers qui ont retenu mon attention et qu’il faut lire absolument. En effet, à la question posée par Marie-Andrée Chouinard, les personnes interviewées ont répondu surtout que les parents se considéraient et se comportaient surtout comme des clients. Les reportages tendent évidemment à généraliser à partir d’un nombre d’observations limitées. Néanmoins, les impressions vont dans ce sens. Pour sa part Stéphane Baillargeon va plus loin dans son compte rendu d’une étude américaine sur les types de parents.

Certains comportements ne trompent pas : selon la Fédération des comités de parents, les assemblées annuelles de parents pour élire leurs représentants au conseil d’établissement ne rassembleraient en moyenne qu’une quarantaine d’entre eux. Et 25% seulement des écoles compteraient un « organisme de participation des parents » prévu par la loi pour les représenter.

Dans un précédent billet, j’ai écrit que l’un des dix défis et enjeux de l’école québécoise était précisément de la « communautariser ». C’est le projet qu’avait lancé Commission Parent en 1964-66 et qu’a repris en 82 feu le Dr Laurin dans son livre blanc « L’école communautaire et responsable ». La transformation des structures juridiques de l’école est allée dans ce sens avec la création des comités d’école (1971), des conseils d’orientation (1979) et des conseils d’établissement (1988). Mais la réalité sociale derrière ces structures n’est pas à la hauteur de ces idéaux . L’individualisme parental prévaut : il y a nous et notre enfant.

L’enjeu est important : voulons-nous réduire l’école à un comptoir de services, un pur lieu de consommation? Le mouvement est déjà trop bien lancé. Les projets particuliers, au surplus très souvent sélectifs, vont carrément dans ce sens. Les commissions scolaires visent ainsi à séduire des « clientèles ». Ils sont rarement le fruit d’une délibération démocratique de la communauté éducative d’un quartier donné. Je me retrouve ici parfaitement dans les propos de Marc St-Pierre que rapporte Marie-Andrée Chouinard.

Mais communautariser l’école constitue un défi majeur. Est-ce encore possible? Quelqu’un quelque part y croit-il encore? Les conditions sociales des parents et du personnel le permettent-elles? Quels efforts font les conseils d’établissement pour y arriver, notamment en matière de communication? L’idéal des années 60 et 70 est-il mort à tout jamais?

Le temps est vraiment venu de réfléchir à cela.

DIX DÉFIS DE L’ÉCOLE QUÉBÉCOISE.

J’ai participé hier jeudi soir à une soirée rencontre du Centre culturel chrétien de Montréal sur le thème : « L’école québécoise, ses défis et ses enjeux »

J’ai proposé à la réflexion de l’auditoire dix défis et autant d’enjeux. Il s’en trouverait bien d’autres. Mais si on arrive à relever ceux-ci, l’école québécoise aura fait des grands pas. Mais ces défis sont de taille, car les situations auxquelles il s’agit de s’attaquer sont structurelles. Elles sont en effet enracinées dans des systèmes de valeurs, des institutions, des pratiques, voire des intérêts dominants. Il vaut néanmoins la peine de s’y attaquer en raison des enjeux en cause. Voici donc la « table des matières » de mon intervention.

Les enjeux pédagogiques

1- L’apprentissage de la lecture – Priorité absolue

Enjeu: la clé de la réussite scolaire

2- Une réussite des garçons  à l’égal des filles

Enjeu: l’égalité sociale des sexes

3- Une réelle professionnalisation du métier d’enseignantes et d’enseignants

Enjeu : une meilleure éducation

Les enjeux socio-économiques

4- Valoriser la formation professionnelle des jeunes

Enjeu: s’assurer d’un nombre suffisant d’ouvriers spécialisés

Les enjeux sociaux

5- Concilier égalité dans l’accès aux services et diversité des talents

Enjeu : une école plus démocratique

6- Communautariser l’école publique

Enjeu : sortir du modèle de consommation

7 – Sauver l’école en milieu défavorisé

Enjeu : sortir de la pauvreté

Les enjeux de la gouvernance

8- Renforcer l’autonomie des écoles

Enjeu : favoriser davantage la réussite par la responsabilisation optimale de acteurs de l’école

9- Revigorer la démocratie scolaire

Enjeu : relégitimer les commissions scolaires

Un enjeu conjoncturel

10 – Trancher la question des droits de scolarité dans toutes ses dimensions et non seulement politique et économique

Enjeu : faire reposer  les décisions à venir sur un socle de principes et  valeurs explicites et déclarés et non pas seulement sur des considérations politiques et économiques..